Berriak: vidéos impressionnantes! 29/11/20

5 mai, 2018

Le cyclone Nivar a touché les côtes du Tamil Nadu, entre Pondichéry et Chennai, dans la matinée du 26 novembre entre 3h et 5h.

Kasu! Kasu

Rosario nous demande de partager l’information. Il a l’air très affecté par le fait que beaucoup de maisons de Dalit ont eu le toit arraché.

Voici son message: « Dear Michel and Dominic, Good Morning. From lost 2 days Cyclone namely Nivar formed near pondicherry and crossed near pondicherry in Villupuram District. So Heavy wind and rain. The Dalits houses roofs and walls are damaged. The people are in the Government relief camps. If possible share to Christiane and Friends. »

Une vidéo trop insoutenable a été remplacée par :

IMG-20201130-WA0004_ttikiIMG-20201130-WA0001Argi

Rosarioren elkartea (P.O.P.E.) lagundu nahi baldin baduzue:

Si vous voulez aider l’association de Rosario:

Chèque au nom de “Le Souffle du Sud”

Le Souffle du Sud, 23 rue de Richelieu 75001 PARIS

ou

Christiane Hegoas Maison Haizego kanta, 455, Chemin Azkainbaita Olhette 64122 Urrugne

Virement de banque à banque:

Le Souffle du Sud Société Générale 29 bd Haussmann – 75009 Paris

BANOUE 30003 GUICHET: 03302 Numéro: 00037276124 Clé RIB: 04

IBAN: FR76 3000 3033 0200 0372 7612 404

BIC: SOGEFRPP

Annie Rosario Austin                                              

Milesker Daliten partez!

https://www.lesouffledusud.org/

lesouffledusud@gmail.com  chrishegoas@hotmail.com

IMG-20201201-WA0007 Thallakulam-eko merkatuan Deebam festibalean.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

 

 

 

 

2018-ko martxoaren 31-an

Le 31 mars 2018

    Des nouvelles de l’association

    « Le souffle du sud »

Fin novembre 2017, POPE a fêté ses 30 ans.

Rosario n’avait que 17 ans lorsque qu’il a créé POPE.

Depuis il n’a eu de cesse de s’investir, d’innover, d’informer, de défendre,

d’entreprendre et de rassembler pour l’éducation les enfants,

la reconnaissance et la revendication des droits des Dalits et des Tribaux depuis le début…

    Voir bilan 2017

Bilan 2017 Version imprimable en recto-verso

Bilan 2017 Version imprimable en recto-verso Le site

 

———————————————————————————————-

anandAustinen berriak 

Des nouvelles d’Anand  petit frères de Jésus

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

 

2016-eko maiatzaren 3-an

Le 3 mai 2016

Esker beroenak

- antolaketan parte hartu duten guzieri : à tous ceux qui ont participé à l’organisation

-Herriko etxeari sala eta pantaila prestaturik / à la Mairie pour avoir prêté la salle et l’écran.

-Jaun Erretorrari projektagailua prestaturik / à Mr le curé pour avoir prêté le vidéo-projecteur.

-hurbildu diren gurizieri / Merci à tous ceux qui ont participé à la soirée.

2265€ eskainiak izan dira / 2265 € ont été recueillis.

 

Huna Rosarioren eskerrak / Traduit de l’anglais par Christiane.

Bonjour ,

Je suis ravi d’être au Pays Basque, la région qui m’a accueilli la toute première fois, moi RL Rosario un avocat dalit œuvrant contre le système de caste au Tamil Nadu près de Pondichéry et le président de POPE, une association travaillant ardemment sur le terrain depuis 29 ans pour les populations dalites et tribales qui ne peuvent pas accéder aux possibilités de développement car ils vivent dans les villages indiens en tant qu’intouchables à l’écart des autres castes, cela signifie que si que si quelqu’un est touché ou vu par un Dalit, la personne touchée ou vue sera polluée.

Je suis reconnaissant à Frère Auguste Sein originaire d’Urrugne et Christiane Hegoas la secrétaire du Souffle du Sud qui m’ont invité au Pays Basque en 2004. Très vite ils m’ont présenté à leur famille et à leurs amis pour soutenir les programmes de développement dans le Tamil Nadu. Je suis heureux d’être ici et ainsi vous remercier du fond du cœur et vous exprimer ma gratitude, vous qui soutenez nos défis contre l’intouchabilité à travers différentes actions, soutiens et solidarité comme ce soir.

Nous souhaitons sincèrement partager avec vous que le généreux soutien de l’association Le Souffle du Sud encourage les enfants dalits à suivre une scolarité et leur permet d’avoir une meilleure éducation. Le centre que nous avons commencé en 2005 avec 5 enfants est maintenant étendu à 3 endroits du Tamil Nadu et permet de scolariser et d’accueillir 250 enfants dans les pensionnats et écoles et de procurer une assistance scolaire à 3000 enfants à travers les Royaumes des Enfants Dalits – les parlements d’enfants Dalits. Nous avons pu mettre en place un collège communautaire pour permettre aux jeunes Dalits de suivre une formation professionnelle sur une année. Les métiers proposés sont : électricien, menuisier, couturière, informaticien et aide-soignante. Nous sommes également en mesure de travailler pour et avec les femmes dalits pour les aider à accéder à leurs droits et privilèges pour améliorer leur sort.

Nous sommes heureux de vous informer que nous sommes en mesure de travailler de plus en plus grâce à votre solidarité et votre soutien. Maintenant nous sommes reconnus par les Dalits et les encourageons à participer eux-mêmes à une association fondée sur les droits qui répond à leurs besoins émergents en Inde. Nous avons une forte action dans 5 Etats du sud de l’Inde : le Tamil Nadu, le Karnataka, l’Andrapradesh, le Kerala et Pondichéry via le réseau DRF – la Fédération des Droits des Dalits – afin de se concentrer davantage sur les exactions commises à cause de la caste, sur les droits des femmes et sur les droits à la propriété.

Nous sommes heureux de vous informer que la population Dalit a compris la nécessité de travailler eux-mêmes pour leurs droits et leurs privilèges et d’accéder au processus de développement grâce à notre association. Les enfants qui étudient dans nos centres et les membres du DCK – Dalit Enfants Uni – grandissent et prennent part au processus de développement de POPE pour les Dalits. Des jeunes qui ont bénéficié de nos programmes et qui ont été formés par nous sont à leur tour impliqués comme bénévoles dans notre mouvement et contribuent par le temps et l’aide qu’ils accordent aux autres nous encouragent à appliquer encore plus le dogme de notre éminent père constitutionnel Dr. Ambedkar : « Éduquer – Agiter – Organiser ».

Nous comprenons notre responsabilité d’éduquer notre population Dalit pour leurs droits. Nous avons réalisé que notre population ne fait pas partie intégrante de la société indienne et qu’elle est également négligée par le gouvernement indien dans sa politique de développement. Nous sommes confrontés à de nombreuses exactions contre les Dalits et autres minorités telles que les chrétiens en Inde. Malheureusement les « crimes d’honneur » sont populaires aujourd’hui dans le Tamil Nadu, il s’agit de tuer des Dalits lors des mariages inter castes.

J’exprime mes remerciements à tous les participants de cette conférence et au peuple basque qui nous aident à travers leur solidarité, en particulier M. Michel Jorajuria qui a organisé cet événement et à Christiane Hegoas qui m’a accompagné ce soir pour traduire mon message.

Milesker.

R.L. Rosario

Directeur de POPE

Merci a nos amis basques_Christianek Temoignage Rosario soiree du 29 avril 2016 FR2 Temoignage Rosario soiree du 29 avril 2016 UK

2016-eko Apirilaren 29 an / 29 avril 2016

Gonbidapen_euskaraz3 Gonbidapen_En français

Abendoaren 24-an / 24 décembre 2015:

P.O.P.E erakundeak historio berezi bat dauka Azkaingo herriarekin / L’association P.O.P.E de Rosario a une histoire particulière avec Ascain. Ikus 2010-ean egin piaia baten argazkiak / Voir quelques photos d’un séjour précédent:

Rosario 2010
Album : Rosario 2010
Auprès des Dalits
103 images
Voir l'album
Geroztik, 3 Azkaindar gazte ibiliak dira han. Depuis, 4 jeunes d’Ascain ont rendu visite et apporté une aide financière à Rosario et à Anand. Heldu den igandean berritz ere harat bagoaz / Dimanche 27 décembre 4 Azkaindar se rendent auprès de Anand et Rosario.

Abendoaren 9-an / 9 décembre 2015:

 

Ez ohizko uholdeak India hego ekialdean / Inondations meurtrières au Tamil Nadu :

Austin eta Rosarioren eskaera / Appel à l’aide de Rosario et Anand (Austin Sein) fichier pdf Programme de rehabilitation des victimes des inondations TN 2015 12 09 FR Ikus: Le souffle du sud elkartearen webgunea eta Rosariorena P.O.P.E (People organisation for planning and education) .

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_–_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Pauline Olivier Raphaël:

Vendredi 21 novembre 2014 à Ascain: Diapositive 1   Indio anai gonbidapen2014Cfichier pdf -_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-   Les nouvelles de l’association de Rosario P.O.P.E. fichier pdf Actions de POPE 2014 DSC_0062_xingola2 Inauguration de la nouvelle école de Gengapattu -_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-   Les nouvelles de l’association « Le souffle du sud » fichier pdf Les nouvelles du LSDS – 11 2014

Hego hatsa_Le souffle du sud

11 septembre, 2013

Hego hatsa_Le souffle du sud le-s-du-s_plaquette

le-s-du-s_plaquettea_2-handifichier pdf Bilan 2017

Lien vers le site « Le souffle du sud »

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

 

 

Pour voir ou télécharger La plaquette 2013 dans sa totalité cliquer: fichier pdf Plaquette Le Souffle du Sud mai 2013 VF

Anand

14 septembre, 2010

Tiré de “Les petits frères de Jésus” nouvelle série numéro 27.

Comme il le dit lui-même dans le texte qui suit, Anand se trouve en Inde depuis deux décennies. Il a toujours vécu à la fraternité de Alampundi et pendant tout ce temps a partagé la vie de personnes marquées par la souffrance; mais depuis longtemps un milieu particulier l’attirait de manière spéciale: la caste des ’intouchables’ qui aujourd’hui s’appelle la communauté Dalit. Les rejoindre et vivre avec eux était chose impossible pour un étranger. C’est un peu en vue de cela que Anand a demandé la citoyenneté indienne. Après des démarches longues et compliquées, il l’a finalement obtenue. J’aimerais aujourd’hui vous parler de ma vie à Alampundi.

austinbulletinprothse.jpg

 

Cela fait 21 ans que je vis à Alampundi. J’ai vécu toutes ces années avec Shanti et une partie de celles-ci -13 ans – avec Visuvasam. C’est donc avec eux que je vis en fraternité. C e t t e fraternité est marquée par la vie du v i l l a g e avec un rythme approprié. Après 43 ans de présence, nous connaissons la plupart des gens. Cette fraternité reste encore marquée par les options prises au départ, c’est-à-dire les soins liés aux malades de la lèpre. Mais il y a aussi les options prises par Shanti et Arul, quelques années avant mon a r r i v é e : créer, avec les gens du village, un centre de réhabilitation pour les handicapés. Il s’agissait, au départ, des malades de la lèpre, mais cela s’est étendu à toutes sortes de handicapés et aussi aux femmes des familles les plus pauvres du village. On a ainsi créé une organisation appelée Gandhi Rural Rehabilitation Center”, avec un atelier de tissage.C’est grâce à ce centre que j’ai pu obtenir mon visa de résidence, pour travailler à la réhabilitation des handicapés et spécialement des handicapés mentaux. En arrivant, j’ai mis sur pied, avec quelques jeunes du village, un centre pour les soins des malades de la polio,car il y avait eu une grave épidémie de polio quelques années auparavant.Tout était nouveau pour moi: le pays, la langue, les coutumes, le travail. En arrivant, je ne savais rien de la polio!

austinbulletin4.jpg

Mon équipe a été formée par une organisation appelée “Handicap International”. Antoine, un jeune homme du village, a démarré avec moi et est encore là aujourd’hui. Il a été d’un grand soutien. Le premier travail a consisté à visiter les villages,une soixantaine environ. J’y allais en vélo avec Antoine, et nous faisions le relevé de tous les handicapés. Nous avons ensuite créé un atelier orthopédique, faisant nos propres prothèses et béquilles, corrigeant les contractures si possible ou référant les malades à des hôpitaux voisins,quand il fallait une correction chirurgicale. Nous avons aussi démarré un pensionnat pour enfants polios, pour leur permettre d’étudier sans avoir à se déplacer tous les jours. Peu à peu, les nouveaux cas de polio diminuant, nous nous sommes consacrés aux enfants et bébés ayant une lésion cérébrale, handicapés mentaux ou spastiques. Nous avons un centre où les mamans viennent deux fois par semaine, avec les enfants. Nous faisons des exercices et enseignons aux mamans ce qui est à faire tous les jours à la maison.

Il y a aussi un centre d’accueil pour la journée, où les enfants des villages proches viennent régulièrement, chaque jour. Ils sont 24 en ce moment. Quelques uns de ces enfants sont déjà devenus adultes et nous avons commencé une phase de réhabilitation par le travail. Ma vie a été marquée par le contact quotidien avec les handicapés. La fraternité aussi est marquée par la rencontre avec des personnes qui souffrent. Shanti reste à la maison, mais il reçoit beaucoup de personnes qui viennent partager leurs problèmes de santé et demander conseil. Visuvasam travaille comme “éducateur spécialisé” dans une école de la petite villevoisine. Il aide à l’intégration des enfants aveugles et sourds muets dans la vie normale de l’école.

Le contact quotidien avec les enfants handicapés et leurs parents m’a beaucoup apporté.Cela n’a pas été facile tous les jours, surtout en face de tant de souffrances. Souvent, quand une toute jeune maman m’amenait son bébé handicapé, déformé, rachitique, je me suis révolté.Que de fois je me suis trouvé à la chapelle à me battre comme Job devant cette misère et cette injustice! Pourquoi cela? Pourquoi cet enfant n’est-il pas mort dans le sein de sa mère ou à la naissance? Qu’a-t-elle fait, cette jeune et belle maman,pour avoir un tel enfant? Quelle vie aura-t-elle? Comment le mari va-t-il réagir? Que dire à une maman qui demande s’il y a espoir de guérison? «Mon enfantpourra-t-il parler, marcher,aller à l’école?» Que répondre?

austinbulletin3.jpg

Que de fois j’ai refusé d’aller à la chapelle! Que de fois j’ai pleuré! Beaucoup de mamans viennent à nos centres, désespérées, s’accrochant à un dernier espoir après avoir été dans des hôpitaux et avoir dépensé beaucoup d’argent. Elles ont entendu dire que nous nous occupions bien des enfants, alors elles viennent. Ce que les gens apprécient, c’est que nous prenons beaucoup de temps pour chaque enfant, et aussi avec les parents.

C’est aussi un lieu de rencontre et de soutien entre les parents. Souvent, le courage, le sourire, l’espoir de la maman ou du papa m’ont soutenu, m’ont aidé à continuer,à persévérer. Les parents qui paraissent perdus, désorientés, blessés et humiliés m’ont évangélisé. Quand un enfant vient pour la première fois à la clinique, il est traumatisé, apeuré. Il faut parfois un ou deux mois pour l’apprivoiser. Mais grâce à mon équipe, tout se passe bien. Après quelques temps, le regard de l’enfant, son sourire, son désir de communiquer et de faire des progrès, transforment ma vie et me donnent le courage de faire le maximum pour lui. J’ai eu la chance d’avoir une bonne équipe qui a été très patiente avec moi, m’a beaucoup épaulé et est aussi devenue compétente.

La beauté de cette équipe vient de ce que tous les membres sont des gens du village, formés sur le tas et restés très proches des gens. Le centre est resté très simple, rien de sophistiqué. Les outils de travail sont nos mains. Les parents découvrent qu’il ne faut pas d’appareils compliqués, que pour faire du bien, il suffit de se mettre à l’écoute de l’enfant et d’utiliser les mains. Notre “Nazareth” est ainsi marqué par la rencontre quotidienne avec ceux qui souffrent: lépreux, aveugles et sourds muets, malades du sida, handicapés… Mais notre “Nazareth” est aussi marqué par la vie quotidienne de 43 ans de présence. Les gens savent qu’ils peuvent venir chez nous quand ils veulent. Nous essayons de les accueillir, de se laisser aimer et de se laisser attendrir en face des difficultés et de la dureté de leur vie. Ne sommes-nous pas appelés à devenir un autre Christ, être témoins du Royaume qui se crée dans la vie quotidienne autour de nous et tout offrir au Père, dans notre prière silencieuse d’action de grâces et d’intercession?

Quarante trois ans de présence à Alampundi! Faut-il continuer ou pas? Être fidèles aux engagements, aux amitiés? C’est une question qui se pose avec force. C’est la question de Shanti qui a démarré cette fraternité.Quant à moi, j’ai un grand désir d’aller vivre avec la communauté Dalit (= caste des “intouchables”): ils sont parmi les méprisés et opprimés en Inde.J’ai ce désir depuis très longtemps. En obtenant la nationalité indienne, je serai libre pour réaliser ce rêve… Je prie le Seigneur pour qu’Il me donne la lumière.

Ananden loria (Herrian agertua)

14 septembre, 2010

austin.jpg

Ananden loria

 

Austin loriatua. Elgarrekin eman dugun lehen kantua,

berak galdeturik: “Azken dantza hau”

  

 

Gan den aldian, « Anand » titulu pean, kondatu nuen pixka bat Austin Sein Urruñako frailearen bizia, erranez bixita eginen geniola.

Harrituak egon gare Jesusen Anai Ttikiekin egin dituen obra ederren aintzinean. Ze plazerra Austin ikustea hango jendeez hain maitatua, haien mintzairan, Tamulez, ari barra barra. Ordu zen haren ikustera joan gintezen.

Huna nola eskertu gaituen Tote Saldubehere apezak eskaini digun mezan :

 

 « Nik gomidatu zaituztet meza huntan parte hartzera. Zerbeit azkar gertatzen da neretzat, elkar atxemate bat. Badu 22 urte hemen nagola eta lehen aldia da famili hurbileko norbeit heldu dela, Pierrot zueri junta dena ; lehen aldia ere, lagun min batzu heldu zaizkidala… ixtorio haundi baten sarea egiten ari da.. Hortako nahi zintuzdedan gomidatu otruntza huntara.

 

Ni Indian baldin banaiz, da nunbeit herri huntaz maitemindua naizelako bainan gehien bat Krixtok igorri nauelako, amodioaren lekuko, lehen girixtinoak bezala. Hori da egunez egun bizitzera entseiatzen naizena, girixtino ez den jendearen erdian eta gizarteak baztertu dituen  jendeen artean, dalitekin (« ezin hukituak ») bertzeak bertze.

Uste dut hortako emana dudala nere bizia. Neretzat “amodio hitzarmena” egun guzitako urratsetan bizitzen da.

 

Kontent naiz ere Rosario hor baitugu guen artean. Inportantzi haundiko norbeit da neretzeat. Daliten mundua hobekiago ezagutarazi nau, barne barnetik, egiazko loturak sortaraziz. Horri esker hemen bizi diren jendeetarik hurbil hurbila sentitzen naiz.

 

Horiek denak nahi nituzke ekarri eukaristi huntara. Otruntza izigarri inportanta izan da Jesusentzat. Maiz hori ahanzten dugu aldrebeski egin meza batzuetan agertzen den bezala.

 

Jesusek bere azken afariaren bitartez nahi izan du ospatu bizi izan duen guzia, sorzetik heriotzera, bere ingurokoen ixtorio eta esperantza guziarekin batera… Ez du sekulan gomidarik errefusatu, izan Zakeorena izan atzerritarrarena…

Guretzat ere Euskal Herrian apairuak badu garrantzi : hor gare biltzen, hor ditugu adixkidantzak lotzen…

Hori dena ekarri nahi nuen zuekin batean. Eskertzen zaituztet etorririk, zerbeit sortzen ari da Rosario eta Indiaren inguruan. »

 

Rosario hori Dalit deitu baztertu horien laguntzen ari den abokata da. Ikusi behar da zer egin eta egiten duen haien alde. Ondoko aldi batez berdin hortaz ariko gare.

 

Gan den aldian erran nuen webgune bat abiatu nuela Ananden inguruan. Sobera umila dugu Austin holakorik onhartzeko. Bertze bat proposatu diot eta akort da: indioanai.unblog.fr titulupean ezarriko ditugu Anand eta Rosarioren berri batzu bai ta ere noiz eginen dugun arrats bat hoieri buruz Azkainen.

Mandio

 

Uztailaren 13 an Indiatik

13 juillet, 2010

christinesdc14745b.jpghaurraksdc14740b.jpgbenedikatzensdc14732b.jpg

Rosario 2010
 

Anand (Herrian agertua)

25 juin, 2010

 

 

 

Herria astekarian agertua Mandio-k

Anand

austinbulletin.jpg

 

Jesusen anai ttikiak ezagutzen dituzketzue. Lagundi hortan dagon Austin Sein Urruñarra aipatu nahi nuke gaur, horrek egiten duen lana balio haundikoa baita. Bere baitarik ez du aipatuko ; galdetu eta lekukotasun bat emanen du gogotik, orroitaraziz bere lehen lekukotasuna obretarik pasatzen dela.

« Gure xede bakarra da Jesusek Nazarethen ereman biziaren ildotik segitzea. Kontemplazio bizi bat ereman nahi dugu bainan jendeen artean, jende xumeen gizarte egoera partekatuz osoki.

Lagundi deitzen ditugun talde ttikitan bizi gare. Ebanjelioaren arabera bizi nahi dugu, otoitzean eta adixkidantzan oinarrituz, gizarteak ahantziak edo baztertuak dituen jendeekin elkartasunean.

Gure bokazionearen berezitasuna hauxe da” Ebanjelioa oihukatzen dugu ez hitzez, bainan biziaz” Charles de Foucauld-ek zion bezala. Hunen jarraitzaileak gare. Gure kongregazionea René Voillaumek sortua du 1933-an

Badu 21 urte Alampundi-n bizi naizela. Xantirekin, Gandhi Rural Rehabilitation erakundea sortu ginuen lepraren ondorioz edo sortzez erbailduen artatzeko ; horren ondoan ehulategi bat, gaixo horiek beren lanetik mozkin zerbeit atera zezaten… »

Azken urte hautan hurbiletik segitu ditu ere dalit (intouchables) deitu jenden laguntzeko Rosariok egiten dituen egin ahalak. Rosario hori daliten dretxoak errespetarazi nahi dituen abokata da. Europara etortzen da noiztenka ONU-rekin harremanetan sartzeko. Alsazian da egun hautan ; Gero etortzekoa da Euskal Herrira. Nahi baldin baduzue entzun . : www.diocese-alsace.fr rubrique « rencontre catholique » sailan aurkituko duzue haren mintzaldia.

Lagun batzuekin hiru aste pasatzekoak ditugu Indian, Austin eta Rosariorekin. Ondoko aldian hango berri emanen dugu eta Rosarioren obra ederra aipatuko.

Mandio